Tout savoir sur la formation des nouveaux traders

Contestés mais enviés, les traders ou « golden boys » sont au cœur de l’activité des marchés financiers. Les chiffres sur les effectifs des traders restent souvent confidentiels chez les grands acteurs comme la PNB Paribas CIB, ou la Société Générale CIB. L’Observatoire des métiers, réalisé par l’Amafi auprès de 32 sociétés relevait, que les activités de trading occupent près de 22% des effectifs du front office dans les sociétés interrogées. L’accès au métier de trading nécessite une double compétence en ingénierie et en finance.

L’accès aux métiers de trading : un bac +5 au minimum

Les conditions pour accéder au métier de trading n’ont guère changé. Les traders ont au minimum un bac+5 : diplôme de gestion spécialité finance ou d’école de commerce, diplôme d’école d’ingénieur avec une formation en finance, master professionnel techniques financières et bancaires, mastère spécialisé en finance… Cette formation est le plus souvent complétée par des stages comme assistants traders. En salle de marché, deux métiers de trading cohabitent. On distingue les vendeurs qui sont des opérateurs qui conseillent les clients sur leurs prises de positions et les traders purs qui prennent les positions des banques sur les marchés.

Des responsabilités plus importantes

Le métier du trader a fortement évolué depuis la crise de 2008 et la formation aussi. Les écoles mettent de plus en plus l’accent non seulement sur les modèles mathématiques, mais aussi sur la gestion du risque. Aujourd’hui, les écoles qui proposent des programmes de formation finance (bac+5 ou plus) se tournent davantage vers les questions macroéconomiques et les golden boys se voient imposer des limites strictes de prise de risque. En ce qui concerne les débouchés professionnels, la France est certes, n’est pas l’eldorado du marché financier. Mais, les écoles ont dû adapter leurs offres de formation à la mondialisation du marché. Ainsi, près de 67% des étudiants diplômés du master arrivent facilement à trouver un emploi hors de la France. L’anglais est donc requise pour faire une belle carrière.